Alcheringa

Wwoof 6 – Lorinna (Tasmania)

La forêt primaire de Tasmanie

Changement radical pour cette sixième expérience Wwoof, j’ai décidé de passer 10 jours au cœur de la forêt au nord-ouest de la Tasmanie. Lorinna est une petite communauté de 50 personnes qui vivent en autosuffisance énergétique et produisent (pour la plupart) leur propre nourriture.

La route pour se rendre à Lorinna est réputée en Tasmanie, en effet, la « Lorinna road » traverse une partie de la forêt primaire de Tasmanie la praticabilité est très limitée mais le paysage est tout simplement magnifique car la route (où plutôt le chemin) longe le lac Cethana ou de nombreuses fougères arborescentes et eucalyptus géants font partis du décor.

Judith (mon hôte précédente) curieuse de découvrir cette endroit atypique m’a emmené jusqu’à Lorinna car il faut LE souligner aucun transport public ne se rend là bas…

Mon expérience Wwoof à Lorinna…

Dès mon arrivée Géraldine (ma nouvelle hôte) nous a présenté les lieux, nous avons visité (avec Judith) le potager assez imposant puis les panneaux solaires rotatifs et le cottage qui accueil les Wwoofers. Le style du cottage est très western mais il dispose de ses propres panneaux solaires et de sa réserve d’eau de pluie puis l’intérieur est très confortable rien à dire.

J’ai eu la surprise de découvrir qu’une autre Wwoofeuse était présente, j’ai donc partagé les lieux avec Florence qui est française ! Comme quoi même dans les coins les plus reculés d’Australie on retrouve des « frenchies ».

J’ai commencé le travaille avec Paul, le mari de Géraldine, nous avons récupéré du bois dans la forêt puis j’ai fendu les plus gros morceaux à la hache pour qu’il puisse rentrer dans le poêle  Paul a eu une grosse opération en août dernier donc je l’épaule pour les tâches physiques.

Géraldine traie ses deux vaches laitières chaque matin et produit son propre beurre, sa crème et bien sûr son fromage et ça vaut le détour ! Paul et Géraldine étaient des importateurs de vins et notamment de vins français donc tous les soirs c’est dégustation et pas n’importe quels vins uniquement des grands crus avec un protocole bien précis. Ils ont réinvesti leur fortune (oui il faut le dire) pour cette nouvelle vie plus en adéquation avec leurs convictions personnelles.

Le deuxième jour, Géraldine m’a montré l’une de ses serres qui demande un peu de rénovation, ce projet sera mon travail pour les prochains jours.  Pendant une semaine  j’ai enlevé le plastique, restauré la structure en bois et notamment la porte d’entrée puis j’ai veillé à la bonne inclinaison du sol pour faciliter l’évacuation de l’eau via le drain (géotextile+gravier).

Le matin Florence, la Wwoofeuse, aide Géraldine pour traire les vaches, j’ai le choix d’assister à la traite ou non mais le cappuccino avec le lait frais du matin m’encourage à y être présent. Florence travaille aussi dans le potager, elle enlève les adventices (mauvaises herbes) et plante de nouveaux légumes… bref de quoi s’occuper.

L’après-midi le soleil est très agressif la meilleure occupation à Lorinna est d’aller piquer une tête dans le lac Cethana, l’eau y est très pure et les immenses troncs d’arbres morts au milieu du lac donnent une touche très sauvage au paysage. Geraldine nous a proposé de prendre le canoë pour explorer le lac.

Le troisième jour nous sommes allés à Devonport avec Géraldine pour aller voir une de ses amis qui produit du Quinoa. Les champs de Quinoa en fleur sont d’un rouge très vif (voir photo), la plante en fleur est magnifique et la surface de culture est immense (l’une des plus grandes du monde pour la Quinoa). Ce jour là des journalistes d’ABC news  (équivalent France 2) étaient présents pour interviewer les amis de Géraldine. Pour la petite anecdote, j’ai discuté du projet (oui le nôtre) avec la présentatrice d’ABC qui nous a encouragé. Géraldine nous a fait visiter la ville de Latrobe dans l’après-midi.

Plus tard dans la semaine, Géraldine nous a proposé d’assister à l’abattage d’un mouton, ce fut une bonne expérience (un peu moins pour Florence) puis nous avons même pu participer à la découpe de l’animal. Géraldine s’occupe des ses soixante vaches seules, deux produisent du lait les autres sont destinées à la viande, c’est un travail titanesque car en plus de ça elle prépare toute la nourriture (fourrage, gestion des parcelles…).

Géraldine et Paul ont fait construire un tank à eau de 250.000 litres (l’un des plus grands de Tasmanie) pour avoir suffisamment d’eau pour les animaux, ils sont des pionniers en Tasmanie. En réinvestissant leur argent dans un tel projet ils ont su guider de nombreuses personnes en leur montrant que c’est possible!

La majorité des habitants à Lorinna sont des anciens citadins qui ont changé complètement de vie par dégoût de la société actuelle et notamment sur les questions d’alimentation. Une nourriture saine dans un environnement sain est la base de la communauté de Lorinna.

Peu avant mon départ j’ai visité Mont Roland avec Florence, je décris cette super expérience dans mon prochain article.  Les derniers jours, j’ai continué à couper du bois pour aider Paul, j’ai aussi tondu dans un des champs consacré à la pâture des vaches.

Cette expérience de 10 jours a été très instructive, j’ai pu voir le fonctionnement de cette micro-société un peu à part et j’ai surtout pu me remettre en questions sur certaines habitudes de la vie moderne qui nuisent gravement à notre santé et à l’environnement… Je remercie Geraldine pour m’avoir consacrer beaucoup de son temps et pour m’expliquer son travail ainsi que pour nous avoir préparé d’excellent repas digne des meilleurs restaurants français et je sais de quoi je parle étant moi-même petit-fils d’un chef du Dauphiné…

Pour conclure, je ne regrette pas cette escale à Lorinna je continue désormais ma route vers St Marys en m’arrêtant 2 jours à Launceston où j’ai pu trouver un nouveau CouchSurfing pour la nuit ! L’aventure continue en Tasmanie

Corenthin

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site web de l'auteur

Corenthin

Corenthin

Jeune globe-trotter originaire du Sud-Est de la France. Je suis passionné par le monde qui nous entoure, l'environnement, la nature et les cultures locales. Actuellement basé en Asie, je prends du temps pour rencontrer les locaux et retranscrire mes impressions et anecdotes sur la toile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *